Sirène et Dauphin

 

Sirène et dauphin

J’étais un voltigeur dans la mer solitude
Jouant de la vague m’amusant des courants
Ricanais d’Eole libéré des grands vents
Je découvrais le monde à toute latitude

Des sombres profondeurs aux rayons chauds ardents
Je chantais languissante la passion des amants
De ce prince lointain qui se faisait absent
Dans les flots incertains des tempêtes et du temps

Au cœur des océans le monde est sans pareil
Je nageais vers l’ouest à la lumière du jour
Repartais à l’envers au point de non retour
Pour entrer dans la nuit attendre le sommeil

Ce fut un soir sans lune que vint l’enchantement
Un appel mélodieux plus fort que tous les vents
Qui laissa apparaître le roi des océans
Terriblement blessé il glissait doucement

Sans connaître l’amour j’allais libre joyeux
Sans penser un instant qu’à l’écoute d’un chant
La beauté le sublime arrêtèrent le temps
Quand la belle sirène apparut à mes yeux

Nageant à sa rencontre et à contre-courant
Je le pris dans mes bras l’entourant tendrement
La chaleur de ma peau sur sa peau l’apaisant
Il se mit à bondir du plus beau des élans

Ensorcelé par tant de marine beauté
Envoûté par cette créature bleutée
Sachant que rien en elle n’était poisson
Etait-elle un ange était-elle un démon

Et c’est depuis ce jour qu’on aperçoit l’été
Ce merveilleux dauphin dans les vagues légères
Un cœur sur le flan, cicatrice tatouée
D’écailles de sirène brillants en pleine lumière

Les flots depuis sans cesse me ramènent à elle
J’écoute son chant et ses mots m’émerveillent
Elle est ange ou démon elle est douce sirène
Et chacun de ses chants est une île lointaine.

La Princesse des Mers

 

  • au dela des étoiles elle vit
  • attendant son prince des mers
  • dans une île secrète elle survit
  • ne la cherchez pas, elle se cache

  • elle vit au milieu de nul part
  • mais son coeur se détache
  • quand ses dauphins partent

  • loin de vous, loin de son amour
  • ses dauphins lui sont fidèles
  • pourtant elle en aurait de l’amour
  • pour celui qui lui sera fidèle 

Dauphin et sa Siréne

LE DAUPHIN ET SA SIRENE

Au coeur de l’océan , la flore s’émerveille    
Et cet endroit sublime est à l’aube de l’attrait    
Où dans l’éclat des flots la faune se distrait    
Au paradis natal quand un être s’éveille.

Dans ce monde profond , la sirène sommeille    
Imaginant la nuit à un prince et son portrait
Puis lorsque son doux rêve imagine l’abstrait
La lumière du jour tendrement la réveille.

    
Un dauphin se promène en jouant du courant,    
Stupéfait par la belle , il devient conquérant    
Invitant à nager la noble créature …    
Le galant ébloui refusa de partir    
Car l’amour est plus fort quand l’heureuse aventure
Débute loin des lois sans jamais avertir

 

Dauphin"Gardien de la Création"

DAUPHIN..     GARDIEN DE LA CREATION

                                                 63c24d4ba7

                                        L’être humain de la mer
 Gardien de la création
                                        Conserve à l’univers
Souvenirs et passions.

Hors du temps et de l’espace
Surgissant de la nuit des temps
dans la mer il se déplace
Cétacé au doux ventre blanc

                   genial
Une culture delphinique
L’intelligence sans les mains
Coexistence pacifique
Tu es mon ami "le Dauphin".

                         encore une
C’est un miroir émotinnel
C’est un language gestuel
Par un contact télépathique
Mystère electromagnétique

les aimes
Sans me voir ,il sait que
j’existe
Déjà je lui suis sympathique
Sa peau ,douce comme la
soie
Un bon regard plein de joie

                  nager avec eux

Mais par le bêtise des
hommes
Qui veulent dominer la mer
Il en reste très peu en somme
De cela je ne suis pas fier

A la chasse aux coquillages
Je t’en prie prends moi avec
toi
Moi l’homme sapiens peu sage
Je m’éclaterais avec joie!

C’est une sorte d’âme
humaine
Dans un corps de cétacé
Qui me suit et qui m’entraîne
Au fond de toute l’immensité

                                                belle passion

Ce Dauphin qu’on manipule
 Gardien de la création….
                                                   Nous montre le ridicule
De l’homme et de ses ambitions

                                                      encors une

                                                    separateur coquillage

Je t’appel…ou est-tu????

 
 
TOI MON DAUPHIN

 

 

MON ANIMAL PREFER

 

 je t’appelle dauphin
mais tu ne m’entends pas
je t’attends dauphin

mais tu ne viens pas 

   Je ne peux plus entrer
dans ta bulle
je ne suis plus ta déesse
ni même ta plume

 
loin de moi tu es parti
et sans te retourner
tout est donc fini
je vais donc m’en aller

je vais nager dans la mer
pour oublier mes misères
je vais garder mes souvenirs
et vivre de mes sourires…

Fond écran Dauphin

 aussi loin que tu sois
la mer nous sépare
tu reste ancré en moi
la mer nous empare

Fond écran Dauphin
loin loin loin de moi
tu es pourtant si près
loin loin loin de moi
tu es en moi gravé
                                    et celle ci

dauphin,
de part les mers
des fois tu te perds
tes amis sont là
pour toi
ce sont tes frères

Fond écran Dauphin 

 

 

Hymne aux dauphins et BON WEEK-END…….

 

  •  
    •  
      • Hymne aux dauphins
      • voir l'image en taille réelle

Vous qui voguez sur l’océan,
Vous qui voguez au gré du vent,
Dans chaque rêve vous pouvez nous voir,
Chaque jour et chaque soir.voir l'image en taille réelleImpressions d’être un dauphin,
Impressions que vous venez au creux de ma main,
Doux murmure d’un songe d’été,
Douce caresse de votre dos argenté.voir l'image en taille réelle Je suis à jamais avec vous mes chers amis
Dauphins à qui je dédie ce poème,
Car je sais que vous êtes là durant mes nuits,
Je le dis bien fort: "Je vous aime !!"voir l'image en taille réelleet vous souhaite un tresvoir l'image en taille réellevotre amivoir l'image en taille réelle voir l'image en taille réelle 

La Siréne et son Amant

 

LA SIRENE

voir l'image en taille réelle

 

Larmes glacées dans les yeux de la Sirène
Il a neigé cette nuit sur la mer
Qu’en reste-t-il sur la crête des vagues
Rien qu’un silence, pas même une lumière
Une ombre sombre et tachetée
Mais dans le coeur de la Sirène
Tout est glacé, tout est froid et figé
Tout est blanc et tout est pétrifié

voir l'image en taille réelle

 

La Sirène était seule dans la nuit
Pour affronter la rudesse du temps
Elle cherchait une main, celle du marin
Mais le silence était si secret cette nuit là
Que rien ni personne ne vint la réchauffer

voir l'image en taille réelle

La Sirène est transie et son coeur pleure
La mer n’aime pas la froidure
Les flocons un à un ont brisé son ardeur

voir l'image en taille réelle

 

 

La Sirène est gelée dans l’eau enneigée
Le marin ne vient pas la réchauffer
Il n’a pas entendu son appel

voir l'image en taille réelle


Il poursuit son chemin sans écouter le vent
Celui qui porte dans son sein
Ses sanglots bouleversants et poignants
Car si les larmes des sirènes sont salées
Leur couleur est celle du couchant
Rouge de sang
La Sirène n’a plus d’amant

voir l'image en taille réelle

L’Humain et le Dauphin

L’HUMAIN ET LE DAUPHIN…….

 Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit 

Déguster l’infinie vision d’un monde merveilleux !!!
Ce monde merveilleux,
c’est la poésie de la vie et l’espace du coeur.
L’amour , ce sont toutes les étoiles
Et les galaxies lumineuses qui brillent en lui.
Plus tu aimes et plus l’espace devient lumineux
(Peut-être qu’au bout , c’est l’illumination)
Le corps étant non séparé du coeur,
La lumière et l’amour descendent
Et se répandent en lui,
Le bonheur intense arrive.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit
Les dauphins sont libres mentalement,
Comme lorsque tu écris un poème.
Eux écrivent des poèmes tout le temps.
Ils sont , sans rien d’autre.
Ils vivent en harmonie sans questions inutiles.
Le dauphin sait intimement ce qu’est la liberté,
C’est pour cela qu’il perçoit bien le corps
Handicapé d’un humain par exemple.
Cette relation intime avec la liberté , c’est cela l’amour.
Et je crois aussi que les dauphins perçoivent
Par leur sonar les carapaces de béton
Des hommes et leur enfermement

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit
Ils sentent et voient le manque de liberté des hommes
Et cela provoque l’amour total.
Tu sais , si j’écris des poèmes,
C’est par amour , pour donner.
L’homme , lui , se pose des questions d’enfermement,
Se bloque , s’éteint , ne se laisse pas libre.
D’où tous ses blocages.
Il se construit en tant que moi et l’autre
Alors que l’amour ne sépare pas.
Moi et l’autre , on est identique.
Il n’y a aucun pourquoi,
Il y a la vie et l’amour unis et non séparés.
Ce monde merveilleux,
C’est cette totalité infinie et éternelle.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit
Les dauphins savent cela parce qu’ils sont cette totalité.
Les dauphins défont les noeuds des hommes
Emprisonnés en eux-mêmes.
Nous sommes l’infini si nous laissons la vie
Écouler son amour partout.

 

 Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

 

 

Rêve de moi…….Sirène

 

 

Rêve de moi, sirène

Prise dans Tes rets,

Imagine les scènes

Que Tu inventerais.

 

Portée par les courants,

Venue d’on ne sait où,

Je dors comme une enfant,

Bercée par le remous.

 

Sur les galets grisés,

Tu viens à pas très lents

Lacérer mon filet

De ton couteau puissant.

 

Pêcheur imaginaire,

Tu m’emportes en trophée

Dans ta maison en pierre

Au bout de la jetée.

 

Nul ne T’as vu, nulle âme

Ne me sera secours :

Pas la moindre cabane

Veillait au demi-jour

 

Tu m’auras prisonnière

Toute l’éternité.

Pas de main étrangère

Pour violer Tes volets.

 

Que feras-Tu de moi

Sirène privée d’eau

Et de houle marine ?

Tu attendras des mois,

Construisant un bateau

Pour qu’il nous soit intime.

 

Et alors passagers

De l’immensité vraie,

Nous voguerons ensemble :

Moi figure de proue

A l’étrave liée,

Par ces liens qui rassemblent,

 

Toi capitaine aimant

Ou pirate cruel

Au fil de nos moments.

La légende mentant,

J’aurais par les nuits belles

Des jambes pour plain-chant.

 

Tu dors comme un enfant :

Rêve de moi, sirène.

Sur Ton sommeil veillant,

Je suis la plus sereine

 

 

Dauphin et l’Enfant

 

               dauphin  et  l’enfant                                                       

 

 

                               

                                 Face à la mer, sous le vent
                                 Que l’eau parfume
                                Sans dire un mot, il attend
                            Guettant l’écume
                         Prisonnier de sa raison
                             L’enfant cherche le sillon
                       Que dessine le dauphin
                    Dans les embruns
                      Il est un peu comme lui
                Fruit du silence
                              N’échappant que quelques cris
                D’une existence
 

                

                         Il aimerait se faire comprendre
                            De ceux qui veulent entendre
                            L’amour lui brûle le coeur
                              Mais pas de pleurs
 

                                     

                                  Entre coque et vagues
                            La houle berce
                               Le dauphin zigzague
                               Jamais ne cesse
                             Il voit l’enfant
                             sur le pont
                                 Un regard qui en dit long
                                Il sait que tendre la main
                              Veut dire câlin
                              Pas besoin de dire de mots
                            Il est pour lui un cadeau
                            Faire le bonheur d’un gamin
                         Gentil dauphin

                         


                          Il saute et vole, léger
                        Comme une plume
                        L’enfant se sent attiré
                     Hors de sa bulle
                       Pour eux pas de différence
                         Jouer fait partie de l’enfance
                   Instant de pur bonheur
                 
Dauphin joueur
 

                                     
                S’arrachant de l’océan
             En toute grâce
             Il virevolte aisément
           De passe en passe
              Devant ce ptit bout heureux
            Se met debout sur sa queue
           Lui chante des douceurs
           Dauphin chanteur

                                                           

                          Entre coque et vagues
                       La houle berce
                        Le dauphin zigzague
                      encore, sans cesse
                          De cet enfant sur le pont
                        Au regard qui en dit long
                       Il sait que tendre la main
                   Veut dire câlin
                     Pas besoin de dire de mots
                       Ces moments sont un cadeau
                     Faire le bonheur d’un gamin
                     
Merci dauphin.

                           

 

 

 

Previous Older Entries

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 32 autres abonnés

%d bloggers like this: